Fedor Otsep et Boris Barnet – Miss Mend (1926)

Miss-Mend1Miss Vivian Mend est une dactylo américaine qui travaille pour l’usine Rocfeller (sic). Alors que les ouvriers sont en grève et que la police les charge violemment, elle prend leur défense et n’échappe aux forces de l’ordre que grâce à la voiture d’un ingénieur qui se présente à elle sous le nom de Johnson.

Dans le même temps, Barnet, Fogel et Hopkins, trois journalistes, sont chargés de couvrir l’affaire. Mais ils sont assez médiocres et leur attention est vite détournée par le charme de Miss Mend, laquelle semble bien tombée amoureuse de Johnson. Mais ce Johnson n’est pas ce qu’il prétend être: il est en fait Arthur Stern, riche héritier, dont le père, important homme d’affaires et propriétaires d’usines, vient d’être assassiné en Russie, officiellement par les Bolcheviques, en réalité par Tchitché, son ingénieur-en-chef, lequel oppose au socialisme une haine féroce. Arthur Stern, croyant en ce mensonge, va se mettre lui-même à détester les Soviétiques et tout ce qu’ils représentent.

Miss-Mend2

Par la biais d’un faux testament, Stern père lègue quasiment toute sa fortune à une mystérieuse organisation dirigée par Tchitché, dont le but est de détruire l’URSS et d’une manière générale tout mouvement social ouvrier. Mais la ténacité de Miss Mend, qui s’occupe seule de son neveu, fils illégitime de Stern père, et le caractère aventurier des trois journalistes, vont perturber ces plans diaboliques.

kinopoisk.ruMiss Mend est une adaptation très libre de Mess-Mend, ou un Yankee à Petrograd, de Marietta Chaguinian, roman-feuilleton de science-fiction, paru en dix fascicules en 1924. Mais Fedor Otsep et Boris Barnet ont fait le choix de gommer les éléments de science-fiction pour ne garder qu’une intrigue qui relève plus du policier et de l’espionnage. Tout de même: on y trouvera un cadavre ressuscité, une séance d’hypnose, un ingénieur fou qui crée dans son laboratoire secret les poisons et les maladies les plus terribles, à même de rayer un pays de la carte, et de multiples rebondissements qui font le charme de ce que l’on a appelé par la suite le Pinkerton Rouge, ces intrigues policières populaires dont le modèle était constitué par les aventures publiées avant guerre en fascicules avec pour héros Sherlock Holmes ou donc, Nat Pinkerton.

Miss-Mend2-b

Superproduction ayant vocation à dépasser les modèles hollywoodiens d’alors, Miss Mend est un petit bijou. Petit n’est d’ailleurs pas le bon mot, puisque les trois épisodes de cette mini-série durent au total plus de quatre heures! Mais quatre heures qu’on ne sent absolument pas passer, et qui s’achèvent même sur un final particulièrement trépidant. De l’action, de l’aventure, de l’amour, et beaucoup, beaucoup d’humour. Igor Ilinski, qui interprète un des journalistes, est l’élément comique principal, avec ses postures à la Charlot. Mais on trouve aussi des situations, des scènes, qui relèvent de la caricature, notamment de la société américaine, comme ce gigantesque fauteuil supposé se trouver dans le salon de la famille Stern.

Miss-Mend3Cette caricature n’est cependant pas grossière, il ne s’agit pas d’un film de propagande idéologique: les USA et leurs habitants ne sont pas vus comme un pays ennemi. Seul le monde des affaires est considéré comme corrompu et irrécupérable (en témoigne le sort pitoyable d’Arthur Stern). L’URSS n’est de toute façon pas épargnée puisqu’on ose y montrer des enfants mendiants, à Petrograd! Le genre de chose propre à faire scandale dans un pays où tout les gens sont supposés être égaux.

Ce monument de cinéma a été édité en 2016 par les éditions Lobster, dans une collection patronnée par l’excellent Serge Bromberg. L’image, restaurée, est remarquable. Les cartons ont vraisemblablement été traduits de l’anglais, vu certaines translittérations adoptées, mais étant donné leur brièveté, ça n’a pas grande conséquence (et il est possible que l’équipe de Lobster n’ait pu travailler que sur une copie de langue anglaise). La musique, composée pour l’occasion par Robert Israel, sert très bien l’action, sans être pesante.

5 commentaires sur “Fedor Otsep et Boris Barnet – Miss Mend (1926)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s