Richard Viktorov – Les Adolescents de l’univers (1974)

C’est avec un peu de retard finalement que j’aborde la suite de Moscou-Cassiopée, avec Les Adolescents de l’Univers (Отроки во Вселенной), de Richard Viktorov (1974). Dans le premier volet, un vaisseau partait de la Terre, avec à son bord un équipage d’adolescents. Le voyage devant durer de nombreuses années, ils étaient supposés arriver adultes à leur destination. Mais un incident a considérablement accéléré les choses, et lorsqu’ils parviennent à leur but, seules quelques minutes se sont écoulées, tandis que sur Terre, leurs anciens camarades ont déjà largement entamé leur vie d’adulte.

kinopoisk.ruIls découvrent une planète d’où est parti un signal de détresse. Trois d’entre eux utilisent un module d’atterrissage et partent en exploration. Ils découvrent un monde habité d’étranges personnages qui semblent dénués d’émotions.

Otroki1Parallèlement, ceux qui sont restés à bord du vaisseau reçoivent la visite d’un groupe d’extraterrestres, ceux qui ont réellement envoyé le signal de détresse. Eux aussi viennent de ce monde : ils en ont été chassés par des robots qui ont déshumanisé le reste de la population en supprimant toute forme d’émotion, au motif qu’ainsi la société se porte mieux. Le groupe d’adolescents va alors aider les survivants à regagner leur monde.

Otroki5Ce deuxième volet s’avère bien plus ambitieux et étonnant que le premier. Certes, les héros sont toujours ces adolescents sortis du komsomol : courageux, solidaires, bref, parfaitement soviétiques. Mais ils ont aussi leurs problèmes d’adolescents, leur sensibilité.

Otroki2Le monde qu’ils visitent est clairement étrange. Décors, costumes, ambiance sonore : on frôle parfois le surréalisme. Mais on frôle parfois aussi le kitsch voire le ridicule, avec ces robots de basse classe, non hostiles, mais visuellement ringard.

Otroki4Les Adolescent de l’Univers est au final une expérience visuelle pour le moins curieuse, qu’il faut tenter un jour. Notons pour finir que même s’il s’agit d’un film de science-fiction, comme celui-ci s’adresse aux enfants et aux adolescents, on y trouve un curieux personnage jouant le rôle du narrateur, un narrateur omniscient et doué de certains pouvoir : cela transforme le film en une sorte de conte merveilleux hybride.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s