Richard Viktorov – L’Épineux chemin des étoiles (1981)

L’écrivain Kir Boulytchev, en plus d’être immensément populaire en Russie pour ses romans et nouvelles, était aussi scénariste pour le cinéma. Non seulement ses oeuvres ont été régulièrement adaptées, mais il a aussi travaillé à des scénarios inédits ou presque (le film dont nous allons parler ci-dessous ayant de fait une vague ressemblance avec une des nouvelles de l’auteur).

Ainsi, en 1981, les studios Gorki ont sorti le film L’Épineux chemin des étoiles ( Через тернии к звёздам), connu aussi en anglais sous les titres The Hard way to the stars ou The Thorny way to the stars. Ce film de Richard Viktorov, en deux parties et d’une durée totale de 2h20, n’est jamais sorti en France, bien qu’apparemment il ait été diffusé au Canada avec un titre français (Dans les Épines vers les étoiles).

1845514640Résumons un peu. Un vaisseau spatial rencontre par hasard l’épave d’un vaisseau inconnu. Lors de l’exploration de celui, l’équipage découvre les cadavres d’humanoïdes dans une sorte de laboratoire de clonage, et, à leur grande surprise, une survivante restée dans une combinaison spatiale alors que le vaisseau inconnu a été endommagée il y a au moins plusieurs mois.

1686046896La survivante en question s’avère être une jeune femme, grande et filiforme, incapable de parler et pourtant douée d’étrange pouvoirs, comme la téléportation ou la faculté de mouvoir les objets à distance. Très vite, on se rend compte qu’elle est artificielle, et qu’il est possible, à l’aide d’un appareil électronique, de contrôler son corps contre son gré.

Un scientifique propose alors de la placer dans un milieu humain agréable et sans contraintes, afin de l’amener petit à petit à communiquer. Bien évidemment, il s’agira de sa maison et de sa propre famille, autrement dit, ses parents, l’inévitable robot domestique, et surtout son fils, d’une vingtaine d’années, un cadet de l’espace qui ne tardera pas à éprouver des sentiments pour la jeune inconnue.

1495212288

Une maison du futur à la mode soviétique…

348127984

… et le robot domestique, très efficace malgré son apparence, car doté d’un IA rudimentaire.

601846368

Petit à petit, la jeune femme va retrouver la mémoire, et se souvenir qu’elle vient d’une planète cauchemardesque, presque totalement détruite par la pollution, et sur laquelle les habitants, réfugiés sous terre, ne peuvent plus sortir qu’avec un masque à gaz.

515857360Le degré de pollution est si fort que nombre d’enfants naissent avec des déformations, y compris au visage, ce qui les obligent à vivre en portant un masque aux traits neutres.

Comme de fait exprès, une délégation venue de ce monde est présente sur Terre, afin de demander une assistance scientifique. Et un vaisseau expérimental, spécialisé dans les travaux de dépollution, va être envoyé, avec bien sûr à son bord le jeune cadet, et notre inconnue, parvenue à y monter clandestinement et finalement acceptée par l’équipage.

Drôle de film que celui-là. D’abord parce qu’il est d’une laideur absolue. La photographie est immonde, et le montage semble avoir été fait à la hache. Enfin la réalisation est d’une platitude extraordinaire. Et pourtant, les acteurs sont excellents, les trucages impécables pour l’époque et surtout pour une production qui ne bénéficie pas de moyens hollywoodiens: nous sommes ici dans le royaume de la débrouille, et finalement, ça passe bien.

Mais ce qui fait tout l’intérêt de L’Épineux chemin des étoiles, est son scénario. Qui n’a pas pris une ride. Certes, le message politique qui se dessine dans la seconde partie est simplitiste, mais il faut bien dire que le film a été produit par la branche des studios Gorki spécialisée dans le cinéma pour enfants. Ce qui importe surtout est l’aspect écologique: ce film fait peur. Il parle de la pollution chimique de l’atmosphère, de l’effet de serre, de la disparition de la vie du fait des activités humaines, en montrant un monde qui pourrait être le nôtre dans quelques décennies. Rappelons que nous sommes en 1981, et qu’à l’époque, le message écologique est encore rare dans la Science Fiction, si l’on fait exception de l’oeuvre de John Brunner (Tous à Zanzibar, Le Troupeau aveugle…) et des auteurs « politiques » français. Le seul film antérieur qui soit chargé d’un message aussi fort restant l’excellent et hélas trop méconnu Silent Running de Douglas Trumbull.

Ce qui frappe aussi le spectateur est la précision de l’arrière plan culturel, une précision qui n’est pas démonstrative: tout passe comme au naturel. Ainsi , par exemple, voit-on des gens employer de manière routinière une base de données informatisée, d’autres vivant dans une maison dont la domotique est particulièrement avancée tout en proposant un cadre traditionnel (le bois est omniprésent). Le vaisseau spatial lui-même est développé sous forme de soucoupe (car dans l’espace un « avant » et un « arrière » n’ont aucun sens). Rien n’est invraisemblable dans ce film, qui du coup vaut largement le détour.

Comme nous l’avons dit plus, le film n’est jamais sorti en France, et la compagnie RUSCICO ne l’a pas encore intégré à son catalogue.

2 commentaires sur “Richard Viktorov – L’Épineux chemin des étoiles (1981)

  1. Bonjour, le titre français est « A travers les ronces vers les étoiles ». Il existe une VHS VF. La version française est la version soviétique très raccourcie. Récemment, le fils du réalisateur a tout remonté en changeant les musiques et en ajoutant des effets spéciaux, l’image est restaurée mais cela ne ressemble plus à rien. Il en existe des repacks, vous pouvez donc trouver des belles versions vf de ce film.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s